Jean LE GAC

 

Jean Le Gac was born in 1936 in Alès, France.

He lives and works in Paris.

 

Jean Le Gac is one of the representatives of the Nouvelle Figuration. At the same time he is the “inventor” of his pictorial universe and the ethnographer of his work. Presented by Harald Szeemann at the « Documenta V », among the Individual Mythologies, Jean Le Gac transforms himself into a living model for his compositions.

 

For Le Gac, the choice of the initial document is a part of his work as a painter, it is one of the conditions and primary phases of the pictorial production.

 

His universe presents itself as a homage to the master Edouard Manet. Starting from the painting “Le Torero mort” by Manet (this painting is itself inspired by an anonymous painting, “Le Soldat mort”, which was attributed for a long time to Velasquez), Le Gac is confronted with the strange serenity of this masterpiece.

 

Jean Le Gac is re-reading painting in a new and innovative way by means of different techniques and seizes it through his personal interpretation.

 

Jean Le Gac exhibited his work at the Virgile Legrand Gallery in June 2011 and June 2012. He also created an artist book which published in twelve copies.

Jean Le Gac est né en 1936 à Alès.

Il vit et travaille à Paris.

 

Jean Le Gac est l’un des représentants de la Nouvelle figuration. Présenté par Harald Szeemann à la « Documenta V » dans le cadre des Mythologies Individuelles.

 

Chez Le Gac, le choix du document initial fait parte intégrante du travail de peinture, il est une des conditions et une des phases de la production picturale. Il est « l’inventeur » de son univers pictural et l’ethnographe de son œuvre. Jean Le Gac se transforme en modèle vivant pour la composition de ses tableaux.

 

Pour le livre et l’exposition réalisés à la Galerie Virgile Legrand Jean Le Gac s’ouvre à un hommage au maître, Edouard Manet. A partir et autour du tableau “Le Torero mort” de Manet (ce tableau étant lui-même inspiré d’une peinture anonyme, “Le Soldat mort”, qui fut longtemps attribuée à Vélasquez), Le Gac s’est confronté à l’étrange sérénité de ce chef-d’œuvre.

 

Jean Le Gac en fait une relecture neuve et novatrice et se l’approprie en l’interprétant à sa manière.

 

Jean Le Gac a exposé en juin 2011 et 2012 à la Galerie Virgile Legrand, et a réalisé un livre d’artiste publié à douze exemplaires.